La nature

Les Inuits occupent les territoires nordiques et y survivent de manière inouïe. Ils ont fait de la chasse aux baleines un rapport vital. Les 611 Premières Nations qui occupent le reste de Kanata ont appris à y moduler leurs modes de vie et leurs formes culturelles aux rythmes des saisons, dont l’hiver. Les Canadiens feront de même. D’ailleurs, une des chansons les plus connues du grand poète et chansonnier québécois Gilles Vigneault clame « Mon pays ce n’est pas un pays c’est l’hiver ». Nous continuons à vivre ensemble au Nord de l’Amérique. Ici, la raquette, les sports de crosse en été et de hockey sur glace en hiver ainsi que la chasse au gros gibier se modulent aux rythmes de la Nature et de ses saisons.

La chasse est fondée sur un rapport sacré vis-à-vis l’esprit des animaux. Que ce soit les grands ours polaires, les redoutables grizzly ainsi que les ours noirs, les rituels de remerciement, comme le Makusham, existent. On y fume la pipe en leur honneur et s’assure de tout manger afin de profiter de leur sagesse. La sculpture des Inuits donne à voir des scènes de chasse témoignant de cette éthique distincte des « sportsmen » d’aujourd’hui.

La chasse

Sport amérindien robuste et spectaculaire, la crosse est le sport d’été officiel du Kanata, tandis le hockey sur glace est celui d’hiver. Toujours très populaire via des ligues professionnelles en Amérique et en Europe, les équipes iroquoises y excellent tout en perpétuant ses dimensions rituelles traditionnelles. Ces sports d’équipes inspirent l’art, ici cette œuvre fusionnant crosse et hockey en bâton de gardien.

La cross

et le hockey

Faites originalement avec des lanières de babiche d’animaux comme l’orignal et ayant évolué au gré des nouveaux matériaux, le design des raquettes en fait un formidable équipement pour les marcheurs d’hiver.  Les Anciens savaient reconnaître le style associé à des familles et par là, leurs territoires. Quatre grandes formes de raquettes sont reconnaissables : la queue de castor, la raquette à bout rond, la queue d'hirondelle relevée et effilée … et ici, la fameuse patte d'ours, ronde et plate.

Raquettes

Dans tous les domaines d’expression, l’imaginaire inuit concerne l’avenir de l’humanité. Ainsi en est-il de cette impressionnante sculpture de baleine mise en lumière au centre de la table des pourparlers de ce Sommet. Représentant les plus gros mammifères marins, sculptés justement dans un os de baleine afin d’illustrer leur survie précaire. Elle vient rappeler la responsabilité de protection de la Mère-Terre et de l’écosystème qui incombe aux dirigeants politiques comme à tous les citoyens.

Les baleines

© Musée des maîtres et artisans du Québec,  2018 -