Jusqu’à la Révolution tranquille, les arts textiles au Québec étaient surtout liés à l’économie domestique et aux pratiques matérielles des femmes. Au cours des générations, ces dernières ont développé et usé d’un ensemble de procédés, outils et techniques, comme la couture, le tissage, et le crochetage, pour créer des objets à la fois fonctionnels et décoratifs — voire artistiques. En effet, que ce soit à travers les vêtements et accessoires, les courtepointes, les tapis, ou autre, les ouvrages produits et décorés par ces femmes sont des exemples manifestes à la fois d’une très grande maitrise technique et d’un haut degré de sensibilité artistique. Ainsi, les courtepointes à pointes folles, ceintures fléchées et autres tapis crochetés font la démonstration que pauvreté matérielle ne signifie pas pauvreté culturelle.

Arts textiles

© Musée des maîtres et artisans du Québec,  2018 -